You are here

Différence entre kVA et kW pour les clients professionnels

Réduisez le prix du kWh d'électricité et de gaz naturel Nos conseillers Selectra vous accompagnent gratuitement pour faire le bon choix pour votre local professionnel et souscrire un contrat d’électricité ou de gaz avantageux.
Demandez votre devis en ligne ou contactez-nous au 09 74 59 19 51 (ouvert lundi-vendredi de 8h à 21h ; samedi de 8h30 à 18h30) — Me faire rappeler gratuitement

La puissance de souscription, exprimée en kVA, peut différer fortement de la puissance active exprimée en kW, en fonction des appareils présents dans votre installation. Selectra vous explique la différence, et l'importance de choisir la bonne puissance pour son compteur.

KW et kVA : savoir faire la différence

compteur electrique

La puissance active, ou puissance "utile" exprimée en kilowatts, correspond à la puissance que les appareils de votre local peuvent employer de façon utile à un même instant, par exemple pour la production de force ou de chaleur. Elle est égale au produit de la tension et du courant, soit : 1 watt = 1 volt x 1 ampère.

La puissance souscrite (ou puissance apparente), exprimée en kilovoltampères, est fixée dans le cadre de la configuration du compteur électrique à la demande du client. Elle est calibrée pour être supérieure à la puissance active, de sorte à couvrir les besoins du local en électricité. Elle correspond à un "droit de tirage", c'est-à-dire qu'il s'agit de la puissance maximale qu'un client peut appeler (ou soutirer) du réseau à un moment donné sans faire de dépasssement de puissance. On distingue par ailleurs la puissance de raccordement, dépendante de l'installation physique du réseau, qui détermine la puissance maximale pouvant être appelée par le client.

La puissance souscrite est signalée sur la facture, tandis que la puissance active est déterminée en cumulant les watts de l'ensemble des appareils du local.

Choisir la bonne puissance de compteur

Le choix de la puissance de compteur est crucial car il a un impact sur la facture d'électricité.

  • si la puissance souscrite est trop élevée, le client paie alors un surplus sur son abonnement, et pour les puissances de compteur de plus de 36 kVA, aussi sur le prix du kWh. Il est donc recommandé de chercher la puissance de compteur la plus basse pour son utilisation.
  • si la puissance souscrite est plus basse que la puissance active de l’ensemble des appareils, alors il peut arriver que la puissance utile dépasse la puissance souscrite. Dans ce cas :
    • si le compteur est de puissance inférieure ou égale à 36 kVA ou de type électromécanique, le compteur disjoncte, coupant la fourniture d’électricité ;
    • si le compteur est de puissance supérieure à 36 kVA et de type électronique, l’électricité trop consommée représente un dépassement de puissance, qui sera facturé au prix fort par le fournisseur.

Pour trouver la bonne puissance pour votre compteur électrique, rendez-vous sur notre article dédié.

Attention au facteur de puissance

puissance active

En fonction de votre installation, la puissance à souscrire peut être plus élevée que la puissance active, à cause d'un phénomène de puissance dite "réactive". La puissance réactive, exprimée en kVAR (ou kilovoltampères réactifs), ne produit pas de "travail" au même titre que la puissance active, c'est-à-dire qu'elle n'est pas exploitable pour produire de la force ou de la chaleur par exemple. Dans de nombreux systèmes, elle n'en est pas moins nécessaire et sa consommation se cumule avec la consommation de puissance active. C'est notamment le cas dans les appareils équipés d'un bobinage :

  • moteurs et transformateurs
  • appareils de froid
  • certains composants informatiques

D'autres appareils, comme par exemple le fer à repasser et le grille-pain, sont dits purement "résistifs" et ne consomment donc que de l'énergie active.

Pour calculer la puissance à souscrire, il faut appliquer la formule suivante :

S=√(P²+Q²)

où :

  • S = Puissance apparente (kVA)
  • P = Puissance active (kW)
  • Q = Puissance réactive (kVAR)

Chez certains gros industriels, la forte proportion de moteurs et de transformateurs peut conduire à une puissance apparente significativement plus élevée que la puissance réactive, avec un facteur de puissance de l'ordre de 0,8 entre la quantité de kVA et la quantité de kW. Les clients gros consommateurs ont cependant la possibilité de compenser l’énergie en excès avec des batteries de condensateurs, qui ont la capacité de fournir de l’énergie réactive aux systèmes en ayant besoin.

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus