Marché de gros de l'électricité : évolution des prix SPOT en direct

facture d'électricité

Électricité : quelle offre choisir ?

Offre à prix indexés sur le marché de gros, offre à prix fixes,... Les conseillers B2B Selectra vous aide à comparer les offres et vous oriente vers la plus adaptée à votre profil de consommation :

Notre plateforme téléphonique est actuellement fermée

Comparez les offres d'électricité en ligne avec Selectra en obtenant un devis sur-mesure

Devis gratuit

Découvrez les prix de l’électricité SPOT d’aujourd’hui et de demain, suivez leur évolution en temps réel et consultez ceux des mois ou années passées. De l’actualité des prix SPOT sur les marchés de gros de l’électricité aux clés pour comprendre : toutes les informations à connaître sur le sujet sont présentées ci-dessous.


Prix de l’électricité SPOT (day ahead)

Aujourd'hui, le prix de l'électricité EPEX SPOT (day-ahead) est de 373.24 € le MWh. Demain, son prix sera de 396.44 € le MWh. Il y a un mois, il était de 116.62€/MWh tandis qu'il y a un an, le prix de l'électricité sur le marché de gros était de 275.16€/MWh.

Prix de l'électricité sur le marché de gros (SPOT day-ahead)

calendrier

DATE DU JOUR

2022-11-29

prix spot du jour

PRIX DU JOUR

373.24 €/MWh

prix spot de demain

PRIX DE DEMAIN

396.44 €/MWh

Source : Nord Pool Group

Évolution du prix de l’électricité SPOT (day-ahead)

Évolution du prix de l'électricité SPOT
📈 Prix Évolution en € Évolution en %
PRIX SPOT UN MOIS AVANT
(M-1)
116.62 €/MWh 279.82 € 239.94  %
PRIX SPOT UN AN AVANT
(Y-1)
275.16 €/MWh 121.28 € 44.08 %

Dates et faits importants dans l'évolution du prix de l'électricité
Dates Explications
Automne 2021 C'est la fin de la crise sanitaire liée à la Covid 19 durant laquelle les programmes de maintenance des centrales nucléaires ont été perturbés engendrant une réduction de la disponibilité du parc nucléaire en 2021 et 2022. L'arrivée de l'hiver et la reprise de l'activité (partout dans le monde, mais surtout en Chine) entraînent une hausse de la demande des matières premières telles que le gaz, le pétrole et le charbon. Le gaz, qui sert à produire de l'électricité, est moins disponible et cela entraîne une augmentation du prix de l'électricité. La hausse du prix des quotas d'émission de CO₂ à l'initiative de la Commission européenne participe également à faire augmenter le prix de l'électricité puisque le prix du quota a un impact sur le coût de production des centrales thermiques (fonctionnant au charbon ou au gaz) qui sont appelées en période de pointe de consommation.
Décembre 2021 La découverte, fin 2021, du phénomène de corrosion sous contrainte sur des portions de tuyauterie de circuits auxiliaires d’une partie des réacteurs a entraîné des arrêts supplémentaires, affectant encore un peu plus la disponibilité du parc. EDF doit annoncer en décembre 2021 la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Chooz pour cause de problèmes de corrosion. D'autres réacteurs devront être arrêtés dans les mois qui suivent pour ce même problème de corrosion.
Février 2022 La Russie envahit l'Ukraine. L'inauguration du gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique reste en suspens et l'Union européenne instaure des sanctions économiques envers la Russie dont une menace d'embargo sur le pétrole russe. Le conflit en Ukraine a des répercussions directes sur les prix du pétrole, du gaz et de l'électricité, dont les cours atteignent des sommets mondiaux.
Été 2022 La Russie assure avoir découvert des problèmes techniques lors d’un contrôle technique effectué sur une turbine du gazoduc Nord Stream 1. Plus tôt, le Kremlin avait affirmé que le fonctionnement du gazoduc Nord Stream 1 était “menacé” par une pénurie de pièces de rechange en raison des sanctions visant Moscou pour son offensive en Ukraine. L'Union européenne soupçonne des prétextes et déplore pour sa part une pression politique de la Russie pour conduire l'Europe à lever les sanctions économiques à son encontre. À cette période, l'Europe commence à se constituer des réserves de gaz pour l'hiver, engendrant une hausse de la demande alors que l'offre disponible diminue. Enfin, les problèmes de corrosion découverts plus tôt dans l'année obligent EDF à devoir mettre à l'arrêt près de 50 % de son parc nucléaire.
Automne 2022 EDF présente le calendrier de réouverture de ses centrales. L'ambition d'avoir rouvert en janvier 2023, la grande majorité de ses centrales semble optimiste. En effet, en novembre 2022, 26 des 56 réacteurs sont toujours à l’arrêt en France. Heureusement, le marché avait anticipé cela et les contretemps annoncés sur ce calendrier sont tout de même moindres que ceux anticipés précédemment. En outre, les températures relativement douces en Europe permettent de limiter la demande d'énergie, ce qui contribue à calmer les marchés.

Comment évolue le prix de l’électricité en 2022 ?

Depuis 2021, le prix de l’électricité ne cesse de flamber. Jusqu’à un record historique le 26 août 2022, lorsque le prix a passé la basse symbolique des 1 000 €/MWh. Pour comparaison, l’augmentation avait déjà atteint un niveau inédit début septembre 2021, lorsque le prix avait atteint les 100 €/MWh. Le 1er janvier 2021, le prix se situait autour de 47,2 €/MWh selon les chiffres communiqués par RTE.

Quels sont les facteurs qui influencent l’évolution du prix de l’électricité ?

Récemment, la crise sanitaire liée au COVID-19 et l’éclatement de la guerre en Ukraine ont sans conteste contribué à l’augmentation du prix de l’électricité en Europe.

L’évolution du prix de l’électricité est conditionnée par plusieurs facteurs, dont les suivants :

  • La mise à l’arrêt de plus de la moitié du parc nucléaire français pour des raisons de maintenance en partie due à un défaut de corrosion constaté dernièrement ;
  • La hausse de la taxe carbone ;
  • La hausse du prix du gaz.

Pourquoi le gaz a-t-il un impact sur le prix de l’électricité ?

Si, en France, la majorité de l’électricité française provient des centrales nucléaires, le gaz demeure encore indispensable pour produire de l’électricité en Europe. Alors, comment cela s'explique-t-il ?

Sur le vieux continent, le prix de l’électricité est indexé sur celui du gaz. La raison est simple. Le marché de gros de l’électricité est construit sur le principe du « merit order ». Celui-ci consiste à utiliser les énergies les moins coûteuses et les plus largement disponibles en premier, de façon successive. En dernier sont réquisitionnées les énergies les plus chères, telles que le charbon et le gaz. Lorsque la demande en électricité est importante ou que les énergies peu chères ne sont plus disponibles, ce sont donc les centrales thermiques et à gaz, les plus coûteuses, qui sont mises en marché.

Le prix de l’électricité, lui, est fixé sur le prix des dernières énergies utilisées. Or, le gaz en fait souvent partie. C’est la raison pour laquelle le prix du gaz impacte directement le prix de l’électricité, malgré sa faible présence dans le mix électrique français.

Quelle est la situation de la France ? La France bénéficie d’une situation spécifique en Europe et dans le monde, puisque son mix électrique est basé sur le nucléaire : près de 70 % de l’électricité produite en France en 2020 provenait des centrales nucléaire, contre seulement 6,91 % pour les centrales à gaz, par exemple. En France, le choix du nucléaire ne date pas d’hier : dès les chocs pétroliers des années 1970, l’État a choisi d’investir dans l’énergie nucléaire pour construire son indépendance énergétique et ne plus dépendre exclusivement des importations de gaz étrangères. Aujourd’hui, avec l’arrêt de plusieurs centrales nucléaires et face à un contexte international difficile, la France doit continuer à importer de l’électricité provenant des marchés de gros, ce qui explique l’augmentation du prix du kWh d'électricité.

Pourquoi le prix du gaz augmente-t-il ?

C’est un fait : le prix du gaz a fortement augmenté et fluctué depuis le début de la guerre en Ukraine, en février 2022. Mais cette hausse était déjà bien présente avant cela, en 2021.

L’augmentation du prix du gaz s’explique par deux principaux facteurs :

  • La taxe bas carbone a augmenté : ces quotas imposés pour réduire le recours aux énergies fossiles et pour encourager la décarbonation des énergies a poussé les producteurs de gaz, directement impactés, à augmenter leurs prix. En effet, la production de gaz est une activité particulièrement émettrice de carbone ;
  • La reprise économique suite à la crise sanitaire a entraîné un déséquilibre entre l’offre et la demande de gaz : alors que la demande a rapidement grimpé, la production de gaz, sensiblement ralentie pendant deux années de pandémie (centrales fermées, etc), est restée limitée. Ainsi, c’est la rareté du gaz qui a automatiquement fait bondir son prix.

Comment va évoluer le prix de l’électricité en 2023 ?

L’envolée des prix de l’électricité sur le marché de gros se maintient pour 2023 : jusqu’à plus de 1 000 €/MWh le 26 août 2022, alors qu’il était de 85 €/MWh un an plus tôt. En parallèle, les prix du gaz continuent d’exploser, ce qui ne contribue pas à apaiser la situation. Rappelons que les prix de l'électricité étant en partie fixés un an à l'avance, il est possible d'avoir de la visibilité sur la situation pour l'année à venir.

Face à ce contexte inédit, la Première ministre Elisabeth Borne a affirmé que le bouclier tarifaire serait prolongé en 2023 : l’augmentation des prix de l’électricité sera contenue à 15 % dès février 2023 (contre 4 % en 2022) dans le cadre du nouveau bouclier tarifaire. Or, les entreprises n'ont plus accès à ces offres depuis la fin des tarifs réglementés pour les professionnels. L'augmentation du prix de gros de l'électricité se traduira donc aussi sur les factures des professionnels, avec la hausse des tarifs pour les professionnels et les particuliers. Commerçants, copropriétés, collectivités : tous les professionnels continueront ainsi d'être directement impactés par la hausse des prix de l'électricité en 2023.

D'autre part, il faut noter que le bouclier tarifaire protège les consommateurs ayant opté pour une offre indexée aux tarifs réglementés d’EDF, mais qui n’épargne pas les fournisseurs d’électricité. Ces derniers se trouvent dans une situation inextricable, entre des prix de revente limités face à des prix de gros historiquement élevés.

Marché de gros de l’électricité : qu’est-ce que c’est ?

Un marché sur lequel l’électricité est achetée et vendue avant d’être livrée

Le marché de gros de l’électricité est un marché qui centralise la vente et l’achat de l’électricité.

Il existe deux types de transaction sur le marché de gros de l’électricité :

  • La transaction financière : l’électricité est échangée contre une somme d’argent ;
  • La transaction physique : l’électricité est livrée sur le réseau.

Une transaction peut être réalisée sur le marché ou sur une bourse numérique :

  • Sur une bourse numérique telle qu’Epex Spot France ou EEX Power Derivatives France, les acheteurs et vendeurs négocient l’échange de l’électricité ;
  • Sur le marché de gros sans intermédiaire, directement entre le fournisseur et le producteur : « Over The Counter » (OTC) ;
  • Sur le marché de gros avec intermédiaire : un négociant joue le rôle de médiateur entre le fournisseur et le producteur.

Ce processus intervient avant que l’électricité ne soit fournie aux clients finaux à travers le réseau électrique français (entreprises ou particuliers).

Le marché de gros de l’électricité varie selon les niveaux de l’offre et de la demande :

  • L’offre (en amont) : c’est l’étape qui précède l’injection de l’électricité dans le réseau d’Enedis (pour la France) ;
  • La demande (en aval) : c’est l’étape qui succède à la sortie de l’électricité du réseau d’Enedis.

Quels sont les marchés de gros de l’électricité en Europe ? EPEX SPOT, la Bourse Européenne de l’Énergie, est en charge du marché SPOT pour l’Allemagne, la France, la Suisse et l’Autriche (échanges du jour pour le lendemain). Cette bourse centralise la consommation de plus d’un tiers de la consommation européenne d’électricité. Elle est basée en France (Paris) et en Allemagne (Leipzig). Il existe aussi d’autres marchés : APX (marché SPOT pour le Benelux et le Royaume-Uni), OMEL (Portugal et Espagne), GME (Italie) ou encore POLPX (Pologne). Il faut savoir que chaque État mandate une Bourse de l’électricité pour une durée définie (pour une période cinq ans en France).

Qui sont les différents acteurs sur le marché de gros de l’électricité ?

Avant d’être livrée au client final, l’électricité connaît un long trajet. Pour mieux comprendre cette chaîne d’approvisionnement, il est intéressant de se pencher sur les différents acteurs qui la composent.

Quatre types d’acteurs

On distingue quatre acteurs principaux dans ce système qui mène à l’alimentation en électricité des clients finaux :

  1. Le producteur d’électricité : il produit l’énergie à partir d’une source renouvelable (hydraulique, éolien, solaire, etc), ou non renouvelable (charbon, gaz, nucléaire, etc). Les producteurs procèdent ensuite à la vente de leur électricité sur le marché de gros européen ;
  2. Le négociant : il joue le rôle d’intermédiaire entre le fournisseur et le producteur sur le marché de gros ;
  3. Le fournisseur d’électricité : il achète l’électricité sur le marché de gros auprès des négociants ou directement auprès du producteur afin de fournir à ses clients, particuliers et entreprises, l’énergie nécessaire ;
  4. L’opérateur d’effacement : il a pour mission de valoriser l’énergie qui n’a pas trouvé d’acheteur sur le marché de gros.

Le cas des fournisseurs qui produisent de l’électricité

Mais tous les fournisseurs n’ont pas besoin de passer par le marché de gros de l’électricité pour acheter de l’énergie. C’est le cas des fournisseurs qui produisent eux-mêmes de l’électricité.

Ces « entreprises intégrées » produisent l’énergie qu’elles fournissent à leurs clients en l’injectant directement dans le réseau électrique. Pour ces fournisseurs-producteurs, il n’est pas nécessaire de s’approvisionner en électricité. Ils n’ont donc pas à négocier le prix de l’électricité sur le marché de gros.

Quelle est la différence entre marché de gros et marché de détail ?

Le marché de gros et le marché de détail de l’électricité ne s’adressent pas aux mêmes destinataires.

Le marché de détail est destiné aux clients finaux, qu’ils soient des particuliers ou des entreprises. Ces derniers peuvent accéder à la fourniture d’électricité en choisissant l’une des nombreuses offres proposées par les fournisseurs historiques et alternatifs.

Produits SPOT et produits à terme : quelle différence ?

Sur le marché de gros de l’électricité, il existe deux catégories de produits : les produits SPOT et les produits à terme.

Les produits SPOT

Parmi les produits SPOT, également appelés « produits à court terme », on distingue :

  • Pour une échéance journalière : ce sont des produits horaires datant de la veille et qui seront livrés le lendemain. Ce sont ces produits qui fixent les prix de référence du marché de l’électricité en France ;
  • Pour une échéance infra-journalière : ce sont des produits pouvant horaires, demi-horaires ou par créneaux de plusieurs heures et qui seront livrés le jour-même.

En France, le prix de référence de l’électricité sur le marché de gros est le prix du produit Day-ahead sur le marché EPEX SPOT (échéance journalière). Chaque jour entre 12h30 et 13h, des spécialistes fixent le prix de ces produits en s’appuyant sur un système d’enchères communes. La négociation s’effectue la veille pour être livrés le lendemain. Ce mécanisme permet de refléter naturellement l’équilibre entre l’offre et la demande sur le prix du produit Day-ahead.

Différentes raisons expliquent l’instabilité des prix de court terme :

  • L’électricité ne peut pas être stockée à grande échelle : ainsi, une offre importante sur un moment M ne pourra pas être utilisée pour répondre à une demande élevée plusieurs jours plus tard, par exemple ;
  • De nombreux facteurs peuvent influer sur l’équilibre offre-demande : les basses températures font automatiquement augmenter la demande et les pannes de centrales ou autres incidents sur le parc d’électricité affectent directement l’offre, notamment.

Les produits à terme

Les produits à terme, aussi désignés comme « contrats à terme » ou « produits futurs », correspondent aux produits vendus ou achetés pour une date future.

Dans ce cas, le prix se négocie en même temps que la signature du contrat. Cependant, la livraison n’a pas lieu le jour-même, mais dans une période à venir (de plusieurs jours à plusieurs années plus tard).

Avec ce système, les prix des produits sont plus stables et moins fluctuants que le prix des produits SPOT ou à court terme, puisqu’ils sont fixés sur une anticipation des prix moyens pour la période de vente.

Ces prix sont souvent utilisés par les fournisseurs d’électricité pour déterminer les conditions de leurs offres de fourniture. En effet, les fournisseurs ont recours aux contrats futurs pour sécuriser la couverture des besoins de leurs clients. Néanmoins, ils doivent en parallèle acquérir des produits à court terme pour parvenir à couvrir toute la consommation de leur portefeuille de clients.

Enfin, il faut savoir que l’électricité peut être achetée sous plusieurs formats de quantités :

  1. En « base » : on achète une quantité d’électricité dotée d’une puissance constante quel que soit le moment de l’année ;
  2. En « peak » : on achète une quantité d’électricité dotée d’une puissance constante, mais uniquement du lundi au vendredi pour un créneau horaire de 8h à 20h ;
  3. En « off peak » : on achète une quantité d’électricité dotée d’une puissance constante pour le lundi au vendredi de 8h à 20h, mais aussi pour le samedi et le dimanche.
Dernière mise à jour :